Actu locale Montélimar

Le Cinéma de l’ECRIT à l’ECRAN 19-24 sept. avec RadioM

Le Cinéma de l’ECRIT à l’ECRAN 19-24 sept. avec RadioM

Le terme septième art est attribué au cinéma par le critique cinématographique Riccioto Canudo. Canudo reprend les 5 arts proposés par Hegel (architecture, sculpture, peinture, la musique, la poésie) et y ajoute la danse. Pour lui, le cinéma propose une synthèse de tous ces arts, car il concilie à la fois les arts de l’espace et les arts du rythme. Un art complet qui est à l’honneur toute cette semaine dans les salles de cinéma et de projections Montiliennes et Teilloises, grâce au festival de l’Ecrit à l’écran. Un art accessible à tous, qui n’a besoin que d’une heure ou deux pour nous raconter une histoire, nous transporter totalement dans son univers et nous faire réagir parfois jusqu’aux larmes, tant sa capacité à saisir nos émotions au plus profond de notre être est audacieuse. Il peut aussi nous laisser de marbre… démarre alors l’âpre bataille des critiques et c’est là qu’il nous intéresse ! Il remet le débat sur la place publique, il alimente les conversations et nous invite, l’air de rien, à parler de nous à travers lui.

Le festival de l’écrit à l’écran nous propose des films soigneusement sélectionnés.
Des films primés et récompensés comme « The Square » de Ruben Ostlund palme d’or à Canne cette année, mais aussi des films qui n’ont pas eu le succès escompté lors de leur sortie et auquel on offre un second souffle.
De vieux films emblématiques qu’on ressort des tiroirs comme « chantons sous la pluie » de Stanley Donen (plus connu sous le nom de « Singing in the Rain »).
Des films au thème étonnant comme « A voix haute – La force de la parole » de Stéphane Freitas qui parle de l’enseignement difficile de la prise de parole en public, du concours Eloquentia et de ses joutes oratoires.
Des films engagés comme « Le procès du siècle » de Mick Jackson où une historienne et auteure reconnue  se retrouve dans la situation aberrante de devoir prouver l’existence des chambres à gaz. Ou encore « i am not your Negro »  ou « Je danserai si je veux » qui traite de la liberté jalonnée d’épreuves de 3 jeunes femmes palestiniennes.
Des films de société tels que « Numéro une » où la place des femmes nous questionne.
Des films énergisants, qui donne envie de prendre un nouveau départ comme « Jeune femme » de Léonor Seraille. Du « Klapisch », du « Lynch », du « jeune public » avec « Le grand méchant renard et autres contes », du déjanté avec « Zombillenium »…

Et 19 avants-premières! Qui attestent de la crédibilité que ce festival a pu gagner en 6 ans d’existence. Festival cinématographique de province qui  nourrit des spectateurs de province, et qui attire aussi des invités de choix, auteurs, réalisateurs, scénaristes, acteurs, biologistes, philosophes, historiens, compositeurs, producteurs… à retrouver lors des rencontres organisées sur le village du festival, place du théâtre à Montélimar.

Comme chaque année, vous pouvez payer votre « Ticket solidaire », sur le principe du « café suspendu » et offrir une place de ciné aux moins chanceux. Ou au contraire, demander votre place de ciné, si les tarifs des séances ne sont pas accessibles pour vous.

Et dimanche 24 septembre de 16h à 18h, radioM sera présent au village du festival avec un plateau radio entouré de beau monde,  suivi d’un DJ set radioM pour faire la fête pendant l’apéro !

Le programme c’est par ici : actes-en-drome.fr

Radio M

septembre 15th, 2017

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *